Opposition au projet d’exécution de la branche Ouest du contournement de Bienne

Les jonctions Bienne-Centre et Bienne-Ouest contreviennent à la loi et portent atteinte à l’environnement

image: Office des ponts et chaussées du canton de Berne

L’ATE canton de Berne et le WWF Berne ont déposé en commun une opposition contre le projet de route nationale A5 branche Ouest Bienne. Le projet gigantesque va massivement altérer le paysage urbain au sud de la gare. Le trafic ne sera pas dévié, mais se répandra sur Bienne et Nidau de manière inacceptable en dépit des mesures d’accompagnement. À proximité des ouvrages de jonction, les limites sonores et en matière de pollution de l’air seront dépassées. Les risques pour les eaux souterraines n’ont pas encore été suffisamment étudiés et les mesures de remplacement en faveur de la protection de la nature présentent d’importantes lacunes. L’intérêt national d’achèvement du réseau ne peut pas justifier les interventions disproportionnées.

Compte tenu de l’inopportunité et du caractère disproportionné des techniques de trafic, les associations environnementales veulent renvoyer le projet au Conseil fédéral par le biais d’une opposition, avec pour mandat la révision du projet général des jonctions Bienne-Centre et Bienne Ouest et la soumission d’un projet général qui permette de transférer le trafic de transit national vers la route nationale sans que cela engendre un surplus de trafic pour la ville de Bienne. Dans ce cadre, la question se pose également de savoir si une route nationale de troisième classe ne serait pas suffisante pour le tronçon Brüggmoss-Douanne.

Avec ce projet, une réalisation respectueuse de l’environnement et supportable pour la ville n’est pas envisageable. Pire encore :

  • Le projet passerait fondamentalement à côté de son objectif principal de délester la ville de Bienne du trafic. La jonction Bienne-Centre submergerait de trafic le centre-ville ainsi que le quartier aux alentours de Nidau.
  • La branche Ouest serait entièrement construite dans les eaux souterraines. Les risques n’ont pas suffisamment été étudiés et sont liés à des coûts extrêmement importants. De plus, il est possible que les travaux conduisent à une modification de la nappe phréatique. Le risque d’affaissement, de fissures et d’infiltrations pour des bâtiments existants du centre-ville est considérable.
  • La demi-jonction Bienne-Ouest porte atteinte à la réserve naturelle du « Felseck » et au site de prairie sèche « Pavillon » et rend les Prés-de-la-Rive inutilisables durant la période de travaux qui s’étend sur dix ans.
  • À proximité des deux ouvrages de jonction, les ouvertures du tunnel polluent l’air de manière excessive, soit au centre et près de la gare, soit dans une zone de loisirs. La pollution de l’air élevée n’est pas compensée par l’utilité en termes de technique du trafic.
  • Les nuisances sonores à proximité de la jonction Bienne-Centre vont augmenter au centre-ville et sur l’axe en direction d’Ipsach à travers Nidau.

Une phase de construction de plusieurs années avec l’insertion des pieux et un énorme trafic de poids lourds

Une autre carence majeure du projet concerne la phase de construction: on demande à la population de s’accommoder d’une phase de travaux qui durera au total 15 ans et durant laquelle les limites sonores et en matière de pollution de l’air seront dépassées dans plusieurs endroits en raison de l’insertion de pieux et d’un immense trafic de camions. Cela est d’autant plus choquant du fait que le rapport n’évoque que vaguement les zones dangereuses pour la mobilité douce qui verront le jour durant cette phase. Il en va de même pour les transports publics qui seront massivement perturbés pendant les travaux.

La partie du projet du raccordement rive droite du lac de Bienne nous semble utile, mais que partiellement compatible avec les intérêts environnementaux ; ce projet ne peut être approuvé que si d’importantes mesures d’apaisement du trafic sont mises en œuvre à Nidau. Le contournement Vigneuls n’est que partiellement respectueux de l’environnement ; les bouches d’entrées et sorties du tunnel suscitent de grandes inquiétudes.